Vous êtes ici :

Accueil>Au quotidien>Environnement>La Vezouze, un milieu menacé

Imprimer cette page en utilisant la fonction Imprimer de votre navigateur

La Vezouze, un milieu menacé

De sérieuses menaces, dues principalement à l’activité humaine, continuent de planer sur les cours d'eau.

Des berges colonisées

La renouée du Japon

D’origine asiatique, cette plante fut volontairement introduite sous nos latitudes pour servir d’ornement. Elle s’est si bien acclimatée qu’aujourd’hui, la Renouée du Japon menace notre biodiversité. Proliférant sans réels prédateurs ni maladies pouvant en réguler l’extraordinaire essor, la plante concurrence et étouffe les espèces locales. Sa croissance peut être de 1 à 8 cm par jour. Les Renouées, qui peuvent produire plusieurs milliers de graines par an et par tige, sont inscrites sur la liste des 100 espèces les plus préoccupantes de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

 

Bon à savoir : la plante est consommée au Japon et en Chine (déconseillé en France), notamment par les enfants qui les ramassent sur les bords des chemins et les mâchent en marchant. Elles ont un goût acide mais attention : leur consommation en trop grande quantité peut avoir des effets néfastes sur la santé.

 

 

Robinier faux-acacia

Cet arbre a été importé en 1601 en France par Jean Robin, qui fut l’arboriste des rois Henri III, Henri IV et Louis XIII. Du fait de son bois très dur et quasiment imputrescible, il est la troisième essence de feuillus de plantation dans le monde, avec 3,2 millions d’hectares. En France, sa croissance rapide, la toxicité de son bois, de ses feuilles et de ses graines lui vaut d’être classé comme espèce invasive. Dans certains endroits il a pris la place de forêts entières de châtaigniers.

 

Bon à savoir : ses fleurs odorantes peuvent être incorporées aux beignets (les fameux beignets d’acacias). Elles se consomment aussi crues mais il faut éviter d’en manger de grandes quantités !

 

 

N’intervenez jamais seul sur ces plantes : demandez conseil ou signalez leur présence !

 

Les cours d'eau asphyxiés

Élodée à feuilles étroites

C’est une plante aquatique immergée dont les tiges extrêmement longues et fines sont pourvues de petites feuilles de couleur vert clair. Elle prospère dans des eaux calmes ou à courant faible, chaudes et riches en éléments nutritifs. Introduite hors d’Amérique vraisemblablement par des aquariophiles, la plante se montre très invasive dans beaucoup de cours d’eau Européens et a pratiquement colonisé tous les lacs Suisses dont elle détruit progressivement la biodiversité : même une année après des campagnes massives d’arrachage de l’Élodée à feuilles étroite, on constate que la flore autochtone peine à réapparaitre.

 

Bon à savoir : les eaux des aquariums contenant des plantes exotiques ne doivent jamais être vidangées dans les cours d’eau mais sur un substrat sec et exposé au soleil. Les plantes doivent également être recueillies au moyen d’un filtre et être amenées dans un centre de compostage professionnel.

 

 

la faune locale menacée

La tortue de Floride

Cette tortue est facilement identifiable par les taches uniques de couleur rougeâtre qu’elle a sur ses tempes. La Tortue de Floride a une longévité d'environ 50 ans. Cette tortue n’est plus en vente libre en France car elle est considérée comme invasive : on estime qu’entre 1989 à 1994, plus de 4 millions de tortues auraient été importées et vendues rien qu’en France ! Dans nos cours d’eau, elle provoque la régression de certaines espèces (tortues locales et gastéropodes notamment).

 

Bon à savoir : des centres d’accueil pour tortues ont été créés pour récupérer des animaux retrouvés dans la nature ou pour accueillir ceux des gens qui voulent offrir un meilleur environnement à leur animal préféré !